WAVE OF LOVE AND HOPE FOR GAZA

NOVANEWS
Texte de Thomas écrit depuis la flottille de la liberté se trouvant au large de Chypre. The last Set. Maybe one day or another, someone will write the full story of this adventure. There will be lot of laughs, some real shouting and few tears. But what I can tell now is that we never imagined that we would have made Israel freak out like that. Well maybe in some of our best dreams.
First, they created an emergency task force gathering the Israeli Foreign ministry, the Israeli Navy and Commando and the prisons authorities to handle with the existential threat that us and our few boats full of humanitarian aids represent.
Then, Ehud Barak himself took the time on his busy agenda to warn us trough Israel media. Now they are announcing that they will send us in the worst prison of Israel, in the desert near BeerSheva. These are announcement to make us afraid. And somehow we are afraid. We are afraid of their warships, afraid of their Apaches and their black dress commando crew.
Who will not be? We are afraid that they will seize our cargo and all the medical aids, the construction materials, the prefab houses, the school kit, and destroy them. All this solidarity patiently gathered in so many countries during more than one year.
All these efforts and this wave of love and hope send by normal people, humble citizen from Greece, Sweden, Turkey, Ireland, France, Italy, Algeria, Malaysia  All of these take as trophy by a state acting like a vulgar pirate island. Who will not feel some sense of responsibility and afraid of not being able to do our deed and deliver our cargo to the jailed people of Gaza?
But we now that fear is also in the other side. Because since the beginning of our coalition, Israel State is making whatever it can to avoid the confrontation with us. Since the beginning they tried to prevent us to sail, they tried to impeach us to gather our forces and sail all together to Gaza. They tried to divide us.
Their ideal scenario was to having us split a part, the Irish on one side, the Greek- Swedish on another side, the Americans on another  and the Turkish alone. Of course, they knew that they couldn`t put pressure on Turkey, neither they could directly act there. So they concentrate their attack on the Irish and Greek sides of our coalition. The first set began two weeks ago when they sabotaged the Irish cargo, obliging it to delay its departure for nearly a week. But, the Irish repaired as fast as they could and now they are about one or two days behind us.
Then, they put huge pressure on the Greek government, which is weakened by the economical crisis, to oblige him to not let the Greek Cargo and the Greek-Swedish passenger boat sail. Because of these pressures we had to delay our trip two times and ask the Turks, their 500 passengers and the American friends who were ready to sail to wait for us.
Which fortunately they did! Until the last minute before their departure from Greece we were not sure if the two boats will get the authorization from the Greek government, but finally the Greek government decided to take his responsibility and act as a sovereign state and let the cargo and the
passenger boat leave the port of Piraeus in Athens.
The second set took place yesterday, in the Greek Cyprus, where we had arranged with the government there to pick up a VIP delegation of European and National parliamentarians from Sweden, England, Greece, and Cyprus. As the two boats from Greece, the American boat coming from Crete and the 4 Turkish boats were already all in the meeting point waiting for the VIP delegation to arrive and embark in our boats, we received the news that our delegation was surrounded by the Cyprus police in the Port of Larnaka and forbidden to move anywhere. Cyprus, a European country was forbidding European MP`s to move freely on its soil in complete break of all legality and European regulations!
As we began to negotiate with the Cyprus government we understood clearly that this sudden change in the attitude toward us was dictated directly by Israel. From seven in the morning until down, Cyprus government was lying to us, saying that it was misunderstanding that the VIP were allowed to embark to any direction they like to go, that it was just a bureaucratic question that has to be solved.
 But nothing happen and our parliamentarians were trapped. The Cyprus government was acting as a proxy of Israel and made us losing crucial time.
This morning the VIP delegation decided that the only choice that remained was to go to the port of Formogossa in the North of Cyprus under Turkish control and from there take a speed boat to reach us in the meeting point. Of course, because our coalition is formed with Turks and Greeks and Cypriotes, the North Cyprus which is under Turkish occupation, is a very big political question.
And sending our delegation to take a boat in the port of Formogossa still under UN embargo is even a biggest political question.  This could have break the back of our Greek and Cypriote friends in the coalition. It nearly did. But the opposite happened to be true. Our coalition holds still. This is the Cypriote leading governing party which is about to split, and the 7 Greek and Cypriote MP`s who were part of the delegation and could not go to the North of Cyprus are furious against the Cypriote government.
A huge debate is going on now in Greece and Cyprus about what happened and about our Flotilla to Gaza. In one hour or two, 80% of our VIP delegation will embark on our boats and we will sail to Gaza as we planned. So we can say that Israel lost the two set it played.

In few hours, the last and crucial set will begin as we will enter the Gaza
waters. Of course, materially it would be very easy for Israel to stop and arrest us, but the political cost they will have to pay will be huge. Very huge, as all the tricks and traps they tried put on our road succeed to do only one thing, raising more and more the awareness of the people all over the world about our flotilla and the situation of Gaza.

 And from all of this, we learn something, the fear is not on our side, but from Israel. They fear us because we represent the wrath of the people all around the globe.  People who are upset with what the criminal state of Israel is doing to the Palestinians and to every peace lover who dare to take the side of the oppressed. They fear us, because they know that in the near future there will be more boats coming to Gaza as there are more and more people who are deciding to boycott Israel every day.

Thomas Sommer-Houdeville

From: CCIPPP
Sent: Sunday, May 30, 2010 7:54 AM
Subject: Texte de Thomas écrit depuis la flottille de la liberté se trouvant au large de Chypre
Bonjour,
voici le texte que Thomas Sommer-Houdeville, coordinateur des missions civiles, avait écrit hier soir  depuis le cargo grec faisant partie de la flotille de la liberté. Thomas a participé depuis 3 mois en Grèce à la préparation de la flotille et était venu en France pour élargir la participation, il est intervenu entre autre dans une réunion du collectif national pour présenter l’initiative.
L’occasion ici de rendre un fervent hommage à la petite délégation française composée de 7 personnes (cbsp,  cvpr et ccippp). 
Le dernier set
29 mai 2010 – de Thomas Sommer-Houdeville*, depuis l’un des bateaux de la flottille de Gaza
Un jour ou l’autre peut-être, quelqu’un écrira l’histoire complète de cette aventure. Il y aura beaucoup de rires, de véritables cris et quelques larmes. Mais ce que je peux dire maintenant, c’est que nous n’avions jamais imaginé que nous ferions flipper Israël comme ça. Enfin, peut-être dans certains de nos plus beaux rêves…. Tout d’abord, ils ont créé une équipe spéciale d’urgence réunissant le ministère israélien des Affaires étrangères, le commando de marine israélien et les autorités pénitentiaires pour contrer la menace existentielle que nous et nos quelques bateaux remplis d’aide humanitaire représentent. Puis, Ehud Barak lui-même a pris le temps, malgré son agenda chargé, de nous mettre en garde à travers les médias israéliens. Ils nous annoncent maintenant qu’ils nous enverront dans la pire des prisons israéliens, dans le désert près de Beersheva. 
Ce sont des annonces pour nous faire peur. Et d’une certaine façon nous avons peur. Nous avons peur de leurs navires de guerre, peur de leurs Apaches et de leur commando tout noir. Qui n’en aurait pas peur ? Nous avons peur qu’ils saisissent notre cargaison et toute l’aide médicale, les matériaux de construction, les maisons préfabriquées, les kits scolaires, et qu’ils les détruisent. Toute cette solidarité patiemment rassemblée dans de si nombreux pays pendant plus d’un an. Tous ces efforts et cette vague d’amour et d’espoir envoyés par des gens normaux, d’humbles citoyens de Grèce, Suède, Turquie, Irlande, France, Italie, Algérie, Malaisie. Tout ceci pris comme un trophée par un État agissant comme un vulgaire pirate des îles. Qui ne sentirait pas un certain sentiment de responsabilité et de peur de ne pas être capable d’accomplir notre mission et livrer nos marchandises à la population emprisonnée de Gaza ? 
Mais nous savons que la peur est aussi de l’autre côté. Parce que depuis le début de notre coalition, l’Etat d’Israël fait tout ce qu’il peut pour éviter la confrontation avec nous. Depuis le début ils ont essayé de nous empêcher de partir, de regrouper nos forces et de prendre le large tous ensemble vers Gaza. Ils ont essayé de nous briser. Leur scénario idéal était de nous diviser, les Irlandais d’un côté, les Grecs et Suédois d’un autre, les Américains d’un autre encore et les Turcs tout seuls. Bien sûr, ils savaient qu’ils ne pourraient pas mettre la pression sur la Turquie, ni agir directement là-bas. Alors ils ont concentré leurs attaques sur les parties irlandaises et grecques de notre coalition.
Le premier set a commencé il y a deux semaines quand ils ont saboté le cargo irlandais, l’obligeant à retarder son départ pour près d’une semaine. Mais, les Irlandais ont réparé aussi vite qu’ils le pouvaient et maintenant ils sont à un ou deux jours derrière nous. Puis ils ont mis une pression énorme sur le gouvernement grec, affaibli par la crise économique, pour l’obliger à ne pas laisser partir le cargo grec et le bateau de passagers greco-suédois. A cause de ces pressions, nous avons dû retarder notre voyage deux fois et demander aux Turcs, à leurs 500 passagers et aux amis américains qui étaient prêts à partir de nous attendre. C’est ce qu’ils ont fait heureusement ! Jusqu’à la dernière minute avant leur départ de Grèce, nous ne savions pas si les deux bateaux auraient l’autorisation du gouvernement grec, mais finalement le gouvernement grec a décidé de prendre ses responsabilités en agissant comme un Etat souverain et a laissé le cargo et le bateau de passagers quitter le port du Pirée à Athènes. 
Le deuxième set a eu lieu hier, dans la partie grecque de Chypre, là où nous avions négocié avec le gouvernement d’embarquer une délégation VIP deparlementaires européens et nationaux de Suède, d’Angleterre, de Grèce et de Chypre. Alors que les deux bateaux de Grèce, le bateau américain venant de Crète et les 4 bateaux turcs étaient déjà au point de rendez-vous attendant que la délégation VIP arrive et embarque à notre bord, nous avons reçu la nouvelle que notre délégation était encerclée par la police chypriote dans le port de Larnaka et interdite de bouger où que ce soit. Chypre, un pays européen, était en train d’interdire a des parlementaires européens de se déplacer librement sur son sol, en rupture complète de toute législation et réglementations européennes ! Alors que nous commencions à négocier avec le gouvernement chypriote, nous avons clairement compris que ce changement soudain d’attitude envers nous était dicté directement par Israël. De sept heures du matin jusqu’au soir, le gouvernement de Chypre nous mentait, disant que c’était un malentendu que les VIP aient été autorisés à embarquer pour n’importe quelle direction qu’ils souhaitaient, que c’était juste une question bureaucratique à résoudre. Mais rien ne s’est passé et nos parlementaires ont été pris au piège. Le gouvernement chypriote agissait comme un auxiliaire d’Israël et nous a fait perdre un temps crucial. Ce matin, la délégation VIP a décidé que le seul choix qui restait était d’aller au port de Formogossa dans le Nord de Chypre sous contrôle turc, et de là prendre un bateau rapide pour nous rejoindre au point de rendez-vous. Bien sûr, parce que notre coalition est formée de Turcs et de Grecs et de Chypriotes, la Chypre du Nord qui est sous occupation turque, est une question politique très importante. Et envoyer notre délégation prendre un bateau dans le port de Formogossa, encore sous embargo des Nations Unies, est une question politique encore plus importante. Cela aurait pu briser le dos de nos amis grecs et chypriotes de la coalition. Ce fut presque le cas. Mais c’est le contraire qui s’est révélé. Notre coalition tient toujours. C’est le parti chypriote au pouvoir qui est sur le point de se briser, et les 7 parlementaires grecs et chypriotes qui faisaient partie de la délégation et ne pouvaient pas aller au nord de Chypre sont furieux contre le gouvernement chypriote. Un immense débat a toujours lieu en ce moment en Grèce et à Chypre sur ce qui s’est passé et sur notre flottille pour Gaza. Dans une heure ou deux, 80% de notre délégation VIP embarquera sur nos bateaux et nous partirons pour Gaza comme prévu. Donc nous pouvons dire qu’Israël a perdu les deux sets qu’il a joués. 
Dans quelques heures, le dernier set, crucial, commencera quand nous entrerons dans les eaux de Gaza. Bien sûr, matériellement, il serait très facile pour Israël de nous stopper et nous arrêter, mais le coût politique qu’ils auront à payer sera énorme. Vraiment énorme, à tel point que toutes les ruses et les pièges qu’ils ont tenté de mettre sur notre route ont réussi à faire une seule chose : sensibiliser de plus en plus de gens partout dans le monde sur notreflottille et sur la situation de Gaza. Et de tout ça, nous apprenons quelque chose : la peur n’est pas de notre côté, mais du côté d’Israël. Ils ont peur de nous parce que nous représentons la colère des gens tout autour du monde. Les gens qui sont mécontents de ce que l’Etat criminel d’Israël fait aux Palestiniens et à chaque amoureux de la paix qui ose prendre le parti des opprimés. Ils ont peur de nous parce qu’ils savent que, dans un proche avenir il y aura encore plus de bateaux à venir à Gaza comme il y a de plus en plus de personnes à décider de boycotter Israël chaque jour.

Thomas Sommer-Houdeville, depuis l’un des bateaux de la flottille de Gaza

* coordinateur de la campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (ccippp)
http://www.protection-palestine.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.